Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (3/3)

III. Publications, réutilisations et détournements

Ces neuf plaques témoignent de l’installation catholique autant qu’elles la mettent en scène en évoquant les avancées de la mission. Cacqueray partage les préjugés raciaux de la majorité des savants de son temps, pour preuve la retranscription de la séance du 20 juin 1901 à la Société d’anthropologie de Paris : « M. d’Echerac – Nous sommes sévères pour les Papouas, sont-ils plus intelligents que les nègres ? M. de Cacqueray répond qu’ils sont susceptibles de comprendre et de soutenir une conversation, pas longtemps cependant à cause de leur esprit volage, il n’a pas soutenu une conversation avec eux »1La réponse du marquis trahit la condescendance de l’explorateur français en terre lointaine, mais elle symbolise également le manque de sérieux de l’étude de terrain – malgré l’anachronisme de l’expression. En parallèle des comptes-rendus officiels des communications aux Sociétés de géographie et d’anthropologie en 1896 et 1901, trois courts articles sont publiés dans Le journal des voyages et des aventures de terre et de mer2 et à deux occasions dans la Revue de Géographie3 :

« Son climat est malsain […]. La végétation y est luxuriante, mais la faune peu variée. Les Papous, qui l’habitent, vivent à l’état complètement sauvage. Ce sont des hommes bien musclés, […] mais d’une intelligence peu éveillée et d’une nature indolente. […] M. de Cacqueray pense qu’on aura beaucoup de peine à les civiliser. »4

Ces publications reprennent les grandes lignes des comptes-rendus officiels qu’elles reformulent très légèrement :

« Leur intelligence est peu vive, leur nature très paresseuse. […] une grande partie des tribus sont anthropophages, mous pour le travail, ardents pour la guerre. Au milieu de ces indigènes on peut se croire revenu à l’âge de pierre. »5

Mais un autre type d’article apparaît en 1900 dans La Science Française : revue populaire illustrée, un hebdomadaire publié pour la première fois en 1890. Gaston Bertrand, collaborateur régulier de la revue, rédige les « Pérégrinations d’un compatriote dans la Papouasie inconnue »6. Cet article de plus d’une page est considérablement détaillé en comparaison avec les précédents ; l’auteur mentionne à diverses reprises les « notes » de Cacqueray de Lorme auxquelles il a certainement eu accès7. Il inscrit le marquis dans la lignée de Luigi d’Albertis – explorateur et naturaliste italien qui fut le premier européen à relever le cours du Fly en 1875 – tout en moquant les observations de ce dernier sur le Saint-Joseph : « [D’Albertis] se borna à relever seulement les côtes, si bien qu’il prit les bouches du Saint-Joseph pour de simples criques et ne parut même pas soupçonner l’existence dudit fleuve, lequel a été découvert en 1891 par les Pères de la mission […]. »8. Dans les mots de Gaston Bertrand, Cacqueray dépasse ainsi l’œuvre du naturaliste italien qui fait alors référence dans l’exploration de la Nouvelle-Guinée. Le marquis est présenté comme un aventurier téméraire « qui n’a pas froid aux yeux » : « M. de Cacquerey [sic.] est retourné au Saint-Joseph qu’il a remonté pendant 25 kilomètres environ, sans se laisser arrêter par les rideaux d’arbres à trouer, les amoncellements de débris de végétaux à enjamber, non plus que les crocodiles à affronter et qui sont plus que nombreux dans cette partie du fleuve. »9. L’article fait la part belle à la géographie et aux sciences naturelles : le fleuve du Saint-Joseph, la flore et la faune sont les principaux points développés. L’auteur évoque néanmoins la cause de l’interruption de l’exploration du marquis, « l’animosité des naturels » « soumis aux népôs ou sorciers, […] ennemis-nés des blancs, [qui] les incitent à toutes sortes de tours pendables envers les fils de Japhet. »10 C’est dans ce contexte que l’article reprend l’anecdote qui sera contée un an plus tard à la Société d’anthropologie sur les rituels impliquant mutilations et pratiques cannibales auxquels l’explorateur français aurait assisté.

Quatre années plus tard, Le Journal des Voyages et des Aventures de terre et de mer présente « Les Népôs de la Nouvelle-Guinée »11 de Charles Mensuel, qui reprend en trois pages le voyage du marquis, accompagné pour la première fois de trois illustrations. Si dans La Science Française les considérations géographiques prennent le pas sur l’anecdotique, l’article de Charles Mensuel inverse la tendance en se concentrant sur la figure du sorcier néoguinéen, le népô. A nouveau, les notes de Cacqueray de Lorme sont évoquées comme sources : « Un explorateur, qui a beaucoup voyagé, a bien voulu me confier ses notes relatives à un voyage qu’il a fait en 1895, dans la Nouvelle-Guinée anglaise, notes d’autant plus précieuses que la région parcourue par mon ami, M. de Cacqueray de Lorme, était ignorée presque complètement ; personne ne s’y était encore aventuré hormis M. d’Albertis qui n’a que très imparfaitement exploré le littoral […] »12 Ces premières lignes ne sont pas sans rappeler l’article de Gaston Bertrand ; pourtant, le ton est différent et dès le début, Charles Mensuel qualifie les Néo-Guinéens de « peuplades bizarres ». La première page de l’article est consacrée à deux anecdotes retraçant les mauvaises aventures d’un père du Sacré-Cœur stationné à Bihoto face au sorcier du village : ce dernier, après avoir tenté d’assassiner le père, empoisonna son cheval. Mais le reste de l’article est encore plus surprenant ; Mensuel détaille l’assassinat d’un sorcier néo-guinéen par Cacqueray de Lorme, et cite directement les paroles de l’explorateur :

« « Il ne m’a été donné qu’une fois d’avoir affaire à un népô, et je suis obligé de confesser que la fin de l’aventure lui a enlevé tout moyen d’action. » […] M. de Cacqueray était séparé du vieux brigand par une distance de 50 à 60 mètres ; aussi n’hésita-t-il pas un seul instant à lui envoyer une balle. […] Courir sur lui, le débarrasser de ses plumes et de ses gris-gris qu’il voulait rapporter comme dépouilles opimes, fut un jeu pour l’explorateur qui, aidé par son Malais, prit le corps du népô et le jeta dans le fleuve, où se montraient plusieurs têtes de crocodiles qui avaient surgi tout doucement des fouillis des lianes de la rive opposée, en quête d’un bon repas. »13

S’en suit un inventaire de différents fétiches et de leurs pouvoirs afin de démontrer l’emprise des sorciers sur leurs congénères. Quelle est la part de vérité dans ce récit ? Il n’est pas improbable que Cacqueray de Lorme ait effectivement tué un sorcier : la violence a malheureusement souvent été l’issue aux rencontres entre les explorateurs et colons occidentaux, et les populations autochtones. Quoi qu’il en soit, cette violence s’affiche en une de l’hebdomadaire : l’assassinat prend un air d’aventure, la légende précise que « Le sorcier étendit les bras dont il battit l’air et tomba dans les herbes »14 [fig.11].

Figure 11 – Journal des Voyages et des Aventures de Terre et de Mer, n°400, 31 juillet 1904, p.145.

Le Journal des Voyages, qui existe depuis 1877, est devenu spécialiste de ces unes tragiquement violentes. La revue était réputée pour mêler des récits sérieux d’explorateurs aux histoires les plus extravagantes d’aventuriers intrépides. Ici, la une cherche à attirer un lecteur avide d’aventures trépidantes en terres lointaines, en se concentrant sur une partie de la narration de Charles Mensuel, la plus racoleuse. Si cette illustration sort tout droit de l’imaginaire de son auteur, un certain Leclerc, les deux autres illustrations de l’article se basent sur les photographies de Cacqueray de Lorme. Le groupe de musiciens [fig.4] réapparaît légèrement modifié [fig.12] : la légende indique qu’il s’agit de musiciens du village de Rahi-Rahi, dont le texte nous informe qu’il se situe sur le haut Saint-Joseph – aucune mention de ce village n’a été retrouvée dans les sources d’époque. Sur cette gravure, une partie du groupe de musiciens a été effacée, la rue et la construction missionnaire en arrière-plan ont été remplacées par une végétation esquissée mais luxuriante.

La troisième illustration de l’article [fig.13] est l’exacte reproduction de la vue du groupe sur la plate-forme [fig.7] : elle est ici légendée « Chefs et femmes papous devant la principale case du village de Bihoto ». Cette fois, une carte publiée par les missionnaires du Sacré-Cœur fait mention de ce village, orthographié « Bioto », situé tout près de la côte : les parures de coquillages portées par les hommes, caractéristiques des populations du Golfe de Papouasie, attestent de la situation côtière du village. Si Charles Mensuel ancre son récit dans les deux villages de Bihoto et de Rahi-Rahi, il n’évoque pas les musiciens du premier ni la « principale case » du second. Aucun lien direct n’existe entre ces deux illustrations et le déroulé de la narration si ce n’est la localisation assurée par les légendes ; la présence de ces images permet la projection du lecteur dans un espace réel. Cette publication de 1904 par Charles Mensuel est la première réutilisant des photographies de Cacqueray de Lorme, mais ces dernières sont exemptes de tout crédit à l’exception du graveur qui signe la transposition du groupe de musiciens.

Figures 12 et 13 – Musiciens papous de Rahi-Rahi et Les népôs de la Nouvelle-Guinée, Chefs et femmes devant la principale case du village de Bihoto, in MENSUEL, Charles, « Les Népôs de la Nouvelle-Guinée », Le Journal des Voyages et des Aventures de Terre et de Mer, n°400, 31 juillet 1904, p.147 et 148.

Six années plus tard, le marquis lui-même prend enfin la plume pour raconter son expédition dans un long article d’une douzaine de pages publié dans Le Tour du Monde.15 Fait notable, le récit est accompagné de pas moins de quatorze reproductions photographiques. Ces illustrations sont légendées avec des références explicites au voyage du marquis. Ainsi, le lecteur rencontre un « groupe de femmes nous apportant des vivres », observe un portrait d’un « type d’homme du village de Beïpaa » [fig.14] et assiste à une « fête du Tadzou, en l’honneur de notre présence à Mékéo » [fig.15] ; certaines de ces légendes renvoient directement le lecteur à la page où se trouve l’épisode illustré par l’image en question. Pourtant, le soin particulier apporté à ces photographies tranche avec les défauts techniques des neuf plaques photographiques de facture amateure du marquis ; les reproductions sont bien entendu exemptes de tout crédit.

Figures 14 et 15 – Type d’homme du village de Beïpaa et Pirogues en fête près de Pinoukapa ; Fête du Tadzou, en l’honneur de notre présence à Mékéo (page 465) in CACQUERAY, Marquis de, « Chez les indigènes de la Nouvelle-Guinée britannique », Le Tour du Monde : nouveau journal des voyages, tome 16, n°39, 24 septembre 1910, p.460 et 461.

Il faut se rendre du côté des publications allemandes pour comprendre l’origine de ces illustrations : onze de ces photographies proviennent d’un album de 1894, Album von Papúa Typen, Neu Guinea und Bismark Archipel16, considéré par les historiens de la Papouasie-Nouvelle-Guinée comme l’album illustré de référence de la fin du XIXème siècle17. Outre l’emprunt non crédité des photographies de Richard Parkinson, les images sélectionnées pour l’article du Tour du Monde ont toutes été réalisées en Nouvelle Bretagne, une île située au nord-est de la Nouvelle-Guinée, et non à Mékéo, Pinoukapa ou en pays Roro, comme l’indiquent les légendes françaises. Les « Pirogues en fête près de Pinoupaka » et la « Fête ou Tadzou, en l’honneur de notre présence à Mékéo » [fig.15] sont en réalité deux « Dukduk Ahnenfest in Neu Pommern »18. Le « Type d’homme du village de Beïpaa » [fig.14] est un « Mann von Neu Pommern (Neu Britannien) » [fig.16].

Figure 16 – Richard Parkinson, Mann von Neu Pommern (Neu Britannien), in MEYER, Adolf Bernhard, PARKINSON, Richard, Album von Papúa Typen, Neu Guinea und Bismark Archipel, 1894, p.47.

Cette réutilisation montre le peu de cas qui est fait, par les auteurs et les éditeurs, de la spécificité des différentes régions néo-guinéennes et des îles environnantes. Le sens initial des photographies est totalement évacué. Réalisées dans le cadre de l’étude des populations et de la culture matérielle de Nouvelle-Bretagne, les photographies de Parkinson endossent le rôle de certificats d’authenticité du récit de l’explorateur français qui se déroule dans une toute autre région géographique. Cet emploi frauduleux de photographies détournées remet en cause la crédibilité des récits de Cacqueray de Lorme. Les photographies aux légendes inventées abusent le lecteur qui avait pu voir en elles un témoignage privilégié de l’aventure du marquis. Les légendes ont un rôle d’autant plus important dans les photographies de Nouvelle-Guinée que les lecteurs auxquels elles s’adressent sont généralement peu informés sur ce territoire et n’ont donc pas d’outil de comparaison ou de vérification de l’information apportée. Mais pour le marquis de Cacqueray de Lorme, comme pour les éditeurs du Tour du Monde, peu importe l’authenticité de la légende, et donc du lien supposément fondé entre texte et image : ils produisent un récit exotique illustré d’images appartenant à la sphère du « lointain » dans l’imaginaire collectif du début du siècle. L’auteur et l’éditeur se saisissent des caractéristiques prétendument objectives du médium photographique pour les plier à leurs intentions peu scrupuleuses.

Les éditeurs du Journal des voyages et du Tour du Monde poursuivent un but commercial ; leurs revues sont d’ailleurs concurrentes – il est amusant de constater que toutes deux publient sur l’expédition de Cacqueray de Lorme, mais en mobilisant des moyens différents. La simplicité du propos anthropologique du marquis n’échoit pas uniquement à son manque de scientificité ou au contexte français au sein duquel l’anthropologie est encore une science balbutiante ; en effet, la logique commerciale de ces revues s’oppose à la logique scientifique et cette confrontation ne peut aboutir qu’à la distorsion et à la réduction du propos.

L’article du Tour du monde, Cacqueray de Lorme le conclut de la façon suivante :

« Bien que je sois resté plusieurs mois au milieu des indigènes de Nouvelle-Guinée et que chaque jour amenât pour moi son contingent d’observations, je ne m’étendrai pas plus longtemps sur des scènes ou des aventures dont j’ai choisi les plus caractéristiques pour les présenter au lecteur. Elles me paraissent suffisantes pour donner une idée des mœurs et de la mentalité qu’on trouve chez ces peuplades, auxquelles on peut donner encore avec exactitude l’épithète de sauvage et qui habitent une colonie anglaise dont le territoire, sauf sur les côtes, est de nos jours si peu connu. »19

Le mépris de l’auteur pour les populations néo-guinéennes s’était déjà exprimé lors de ses interventions à la Société de géographie en 1896 puis d’anthropologie en 190120. Mais il ne se situe pas uniquement dans les théories raciales et racistes que l’explorateur alimente : ce mépris s’exprime également dans l’utilisation aléatoire d’images photographiques abusant le lecteur du Tour du Monde. Ces réemplois, s’ils permettent au marquis de dépasser l’inaptitude de ses propres clichés à illustrer ses récits rocambolesques, deviennent dans l’imaginaire collectif occidental la représentation « du papou ». Difficile alors de parler de rencontre avec « l’Autre et l’Ailleurs ».

  1. « Photographies et objets de la Nouvelle Guinée anglaise », Op. cit., p.395. []
  2.  Le Journal des Voyages et des Aventures de terre et de mer, juillet-décembre 1896, p.191 []
  3. Revue de Géographie, tome XXXIX, juillet-décembre 1896, p.73-74 et tome XL, janvier-juin 1897, p.285-286 []
  4. Le Journal des Voyages et des Aventures de terre et de mer, juillet-décembre 1896, p.191. []
  5. Revue de Géographie, tome XXXIX, juillet-décembre 1896, p.73-74 []
  6. BERTRAND, Gaston, Op. cit., 1900. []
  7. « Ici, une note de l’explorateur, concernant les procédés agronomes des indigènes. […] nous sommes dans une région sur laquelle M. de Cacqueray de Lorme a été le premier à nous donner des notes […]. » in BERTRAND, G., Op. cit.,1900, p.117. []
  8. Idem, p.116. []
  9. ERTRAND, G., Op. cit.,1900. []
  10. Idem. []
  11. MENSUEL, Charles, « Les Népôs de la Nouvelle-Guinée », Le Journal des Voyages et des Aventures de Terre et de Mer, n°400, 31 juillet 1904, pp.146-148. []
  12. Idem, p.146. []
  13. MENSUEL, Charles, Op. cit., p.147. []
  14. Idem., p.145 []
  15. CACQUERAY, Marquis de, « Chez les indigènes de la Nouvelle-Guinée britannique », Le Tour du Monde : nouveau journal des voyages, tome 16, n°39, 24 septembre 1910, p.457-468. []
  16. MEYER, Adolf Bernhard, PARKINSON, Richard, Album von Papúa Typen, Neu Guinea und Bismark Archipel, Dresde : Verlag von Stengel und Markert, 1894. []
  17. QUANCHI, Max, « Photography and History in the Pacific Islands. Visual Histories and Photographic Evidence », The Journal of Pacific History, vol. 41, n°2, septembre 2006, p.168. []
  18. MEYER, Adolf Bernhard, PsARKINSON, Richard, Op. cit., p.53. []
  19. CACQUERAY, Marquis de, Op. cit., p.467-468. []
  20. « Les Papous vivent dans l’état sauvage le plus complet […]. Ils sont peu intelligents et d’une nature très paresseuse. On aura beaucoup de peine à les civiliser ; […]. Au milieu de ces indigènes on se croirait revenu à l’âge de pierre » in Compte rendu des séances de la Société de géographie, Op. cit., p.267. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.