Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (1/3)

L’étude qui suit se base sur un ensemble de neuf plaques de projection réalisées d’après les images ramenées de Nouvelle-Guinée par un personnage atypique, le marquis de Cacqueray de Lorme. Cet explorateur français de la fin du XIXème siècle n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une étude historique. Cet article vise donc dans un premier temps la reconstitution du contexte de production des photographies : qui était Cacqueray de Lorme et dans quel cadre explore-t-il l’île de Nouvelle-Guinée (I) ? Il s’agira ensuite d’analyser en détail le contenu de ces plaques de projection et d’expliciter leur utilisation (II). Enfin, nous interrogerons les rapports entre ces plaques de verre et les récits littéraires et visuels postérieurs à l’expédition du marquis (III).

I. Le marquis et le Sacré-Cœur

Auguste Honoré Charles naît le 22 décembre 1862 dans l’Aisne1 ; il est le premier garçon d’une grande fratrie et sera le propriétaire du château de Bois-Morin, vers Vailly-surAisne2. On ne sait pas grand-chose de ses activités professionnelles, si ce n’est qu’il participe à la création d’une Société d’assurances mutuelles au début du XXème siècle, au sein de laquelle il est nommé administrateur. Suite à cela, une annonce parue dans L’Argus, Journal international des assurances le présente en tant qu’«explorateur, membre de la Société de Géographie et de la Société d’Anthropologie, demeurant à Paris, rue Joubert, n°21 »3 – il devient effectivement membre de la Société de géographie le 21 juin 18954 . Son titre de noblesse et la propriété familiale de Bois-Morin laissent à penser qu’il vit de sa fortune personnelle. Puis, à trente-deux ans, Cacqueray de Lorme part explorer la Nouvelle-Guinée : il débarque sur Yule Island le 12 décembre 18945, où il est reçu par les missionnaires catholiques du Sacré-Cœur d’Issoudun ; les Bulletins de la Société d’anthropologie de 1901 confirment sa présence en Nouvelle-Guinée au mois de juin 18956.

En 1895, la Nouvelle-Guinée est divisée en trois : les Pays-Bas occupent la moitié ouest depuis le début du siècle, les Allemands et les Anglais se sont installés respectivement au nord et au sud de la moitié est dans les années 1880. La France n’est pas présente sur ce territoire du Pacifique, si ce n’est au travers de l’action missionnaire catholique. Mais l’installation missionnaire en Nouvelle-Guinée est d’abord anglaise avant d’être française. Les premiers missionnaires anglais s’installent au sud-est de l’île dans les années 1875. Une dizaine d’années plus tard, ils seront rejoints, à leur grand désarroi, par des Pères catholiques français. Comme dans de nombreuses îles du Pacifique, la conquête des âmes est le théâtre d’oppositions voire d’affrontements entre les deux églises chrétiennes. Mais si les missionnaires nous intéressent ici, c’est avant tout pour le rôle de médiateurs qu’ils jouent entre les populations de Nouvelle-Guinée et les explorateurs occidentaux.

« Très Révérend Père, Depuis plusieurs années, le Vicariat de la Nouvelle-Guinée est vacant, faute d’une communauté religieuse qui veuille s’en charger. Le Saint-Siège, qui porte le plus grand intérêt à cette importante contrée où n’existe aucune Mission catholique, tandis que plus d’un ministre protestant y répand l’erreur […] verrait avec un très grand plaisir les Missionnaires du Sacré-Cœur se charger d’évangéliser ce vaste champ. »7

Ainsi commence l’histoire de la mission catholique française en Nouvelle-Guinée. Le destinataire de cette lettre envoyée depuis Rome est Jules Chevalier8, fondateur en 1855 de la Société des Missionnaires du Sacré-Cœur de Jésus qui compte une soixantaine de missionnaires en 1881. La proposition acceptée, la Société devient alors responsable du vicariat apostolique de Mélanésie et de Micronésie. Six hommes sont envoyés pour établir les bases de la mission ; en septembre 1882, quatre débarquent en Nouvelle-Bretagne, une île située au nord-est de la Nouvelle-Guinée. Deux ans plus tard, les Pères catholiques décident d’aller s’établir sur la grande île de Nouvelle-Guinée, qui avait été visée en premier lieu. Après une transition par Thursday Island, ils arrivent à Yule Island le 30 juin 1885, où ils rencontrent les Roros pour la première fois. Si en 1875 le naturaliste italien Luigi d’Albertis avait vu dans Yule Island une terre intéressante, les missionnaires s’y établissent faute de mieux, Port Moresby étant la chasse gardée de leurs confrères protestants de la Société Missionnaire de Londres.

L’explorateur français arrive chez les missionnaires à un moment clef de l’installation catholique en Nouvelle-Guinée : les Pères du Sacré-Cœur initient de grandes explorations à l’intérieur des terres dans le but d’établir de nouvelles stations. Cette stratégie d’occupation du territoire fait pendant à celle de leurs confrères protestants qui se déploient, depuis une dizaine d’années, tout au long de la côte sud-est. Le Père André Jullien9 sera l’un de ces premiers explorateurs. Figure emblématique de la mission, il arrive à Yule en février 1894, accompagné de cinq jeunes scolastiques dont le Belge, Victor de Rijcke10. Jullien et Rijcke effectueront, en 1896, la première grande expédition catholique dans les montagnes. Tous deux sont portraiturés par Cacqueray de Lorme [fig.1 et 2]. Parfois en leur compagnie, le marquis visite les alentours du fleuve Saint-Joseph. D’après les comptes-rendus de la Société de géographie, son séjour prend fin de manière brusque et involontaire11 ;  quatre ans plus tard, en 1900, un article de La Sciences Française blâme explicitement la population de l’île pour cet arrêt soudain : « Ce voyage, extrêmement intéressant, a malheureusement été interrompu par le mauvais vouloir des indigènes »12.

Jullien_Rijcke
Figures 1 et 2 – Marquis de Cacqueray de Lorme, Nouvelle-Guinée, 1895, PV0045257 et PV0045256, plaques de projection, 8,5 x 10 centimètres. © musée du quai Branly. Le Père André Jullien est à gauche et le Père Victor de Rijcke à droite.

A son retour en France, Cacqueray de Lorme donne une première conférence à la Société de géographie, le 19 juin 1896, où il met en exergue la méconnaissance des terres néo-guinéennes par les trois puissances européennes qui occupent alors l’île13. Avec ce constat, il tend à dire la supériorité de sa nation, productrice de connaissances ; mais c’est principalement l’importance de son propre rôle dans l’édification du savoir sur ce territoire lointain que souligne le marquis, ce que relève par ailleurs le Président de la Société : « le Président fait remarquer que depuis longtemps aucun voyageur n’avait entretenu la Société de ces régions si peu connues, par conséquent si intéressantes pour la géographie »14. La Société de géographie s’intéresse alors autant aux territoires qu’aux populations qui les habitent, dans une volonté générale d’élaboration des savoirs sur le monde15 ; cette approche diversifiée se retrouvera dans les images de Cacqueray de Lorme. Outre cette conférence, puis celle qu’il donnera à la Société d’anthropologie de Paris en 1901 – sur lesquelles nous reviendrons –, La Science Française nous apprend en 1900 que le marquis entend se rendre dans le sud-algérien « dans un but scientifique et commercial »16 ; il est d’ailleurs attendu par la Société de géographie d’Alger qui annonce dans son Bulletin « une conférence sur la Guinée [sic.] »17. Cacqueray de Lorme est donc exclusivement reconnu au sein de ces sociétés grâce à son voyage en Nouvelle-Guinée à propos duquel divers récits, parfois illustrés, seront publiés. Nous perdons ensuite sa trace jusqu’à la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il est tué le 25 septembre 1915 à Saint-Thomas-en-Argonne, en Marne18 ;  son château sera anéanti par les bombardements.

Peu d’images subsistent de l’installation de la mission catholique sur la côte sud-est de la Nouvelle-Guinée19 – comme le confirme l’étude menée par Amandine Venard sur le fonds photographique des Œuvres Pontificales Missionnaires, montrant que la majorité de la production photographique se concentre entre les années 1930 et 194020. Cette absence quasi-totale donne toute sa valeur à la production de Cacqueray de Lorme qui devient une source intéressante, bien que restreinte. Les neuf plaques de projection du marquis sont actuellement conservées au musée du quai Branly. Elles proviennent à l’origine du laboratoire d’anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle, au sein duquel elles entrent en 1896, comme l’indique l’étiquette apposée sur chacune d’entre elles. L’entrée de ces plaques dans les collections participe de la redéfinition des activités du Muséum. A la fin du XIXème siècle, dans le cadre du grand mouvement d’expansion coloniale impulsé sous la Troisième République, le Muséum promeut l’exploration de nombreux territoires et encourage les collectes21 ; cet intérêt n’est pas uniquement le fruit d’une stratégie coloniale et s’étend aux territoires qui ne sont pas directement convoités par la France22, comme nous le montrent les photographies de Cacqueray de Lorme en Nouvelle-Guinée. Les plaques de projection seront par la suite intégrées aux collections du Musée de l’Homme. Leur parcours met en lumière les connexions entre ces différentes institutions : Paul Rivet, titulaire de la chaire d’anthropologie du Muséum, est aussi le directeur du Musée d’Ethnographie du Trocadéro entre 1929 et 1937, musée qui deviendra le Musée de l’Homme en 193823.  Hormis le nom de leur auteur, aucune information n’accompagne ces images que nous allons tenter d’analyser.

  1. Cf. tables décennales de Presles-sur-Boves, 1853-1862, site internet des Archives départementales de l’Aisne []
  2. Bulletin de la Société de Géographie, tome II, 2ème semestre, 1900. []
  3. L’Argus, Journal International des Assurances, n°1329, Paris : L’Argus, 13 août 1905, p.521. []
  4. « Candidats présentés : […] le compte de Cacqueray (compte Paul de Barthélémy et le baron Hulot). Conformément à l’usage adopté, les candidats présentés dans la dernière séance avant les vacances pour faire partie de la Société sont admis à cette séance même. En conséquence : Melle Marie Gérar ; le compte de Cacqueray, sont admis comme membres de la Société. » in Comptes-rendus des séances de la Société de Géographie, Paris : Société de géographie, 1895, p.284-285. []
  5. Cf. BERTRAND, Gaston, « Pérégrinations d’un compatriote dans la Papouasie inconnue », La Science Française, 5 octobre 1900, n°297, p.116-117. Les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris indiquent que le marquis serait toujours en Nouvelle-Guinée au mois de juin 1895, cf. « Photographies et objets de la Nouvelle Guinée anglaise », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V° Série. Tome 2, 1901, p.393-398. []
  6. « Photographies et objets de la Nouvelle Guinée anglaise », Op. cit., p.394. []
  7. Lettre du 25 mars 1881, du cardinal Siméoni au Père Jules Chevalier, in DUPEYRAT, André, Papouasie, Histoire de la Mission (1885-1935), Paris : Editions Dillen, 1935, p.31. Notre source principale sur l’établissement de la mission sur la côte sud-est est André Dupeyrat, missionnaire et historien de la Société. Les archives des missionnaires d’Issoudun semblent avoir disparu en Nouvelle-Guinée ; cette information nous a été transmise par le Père Philippe Séveau, ancien missionnaire en Papouasie-Nouvelle-Guinée, lors d’un entretien mené à la maison des Missionnaires du Sacré-Cœur de Paris, le 20 décembre 2014 []
  8. Jules Chevalier naît en 1824 et manifeste très tôt une vocation religieuse. Ordonné en 1851, il est nommé à Issoudun trois ans plus tard où il créera la Société des Missionnaires du Sacré-Cœur d’Issoudun. []
  9. André Jullien naît à Marseille en 1861 ; il est ordonné prêtre en 1886. Il débarque à Yule Island le 22 février 1894 et occupe la station de Tsiria. Il tient le poste de supérieur de la mission de 1895 à 1909. Il rentre en Europe en 1911 où il est nommé à Rome. Il décédera à Marseille, le 15 décembre 1920. Cf. LANGMORE, Diane, Missionary Lives, Papua, 1874-1914, Honolulu : University of Hawaii Press, 1989, p.306. []
  10. Victor de Rijcke naît en Belgique en 1871. Il arrive en Nouvelle-Guinée en 1894 comme scolastique, se fait ordonner prêtre le 21 décembre 1895 et occupe la station de Vanamai. Il meurt le 5 janvier 1899, sur l’île de Yule. Cf. LANGMORE, Diane, Op. cit., p.304. []
  11. « Et comme le voyageur avait, sur la fin de sa relation, exprimé ses regrets de l’interruption que son voyage avait dû subir, le Président lui dit : « Je ne saurais trop vous engager à reprendre une exploration si malheureusement interrompue et à la pousser jusqu’à ses dernières limites. Espérons que cette fois vous pourrez rapporter les documents que vous aurez recueillis et en faire profiter la science. » » in Compte rendu des séances de la Société de géographie et de la Commission centrale, 19 juin 1896, p.268. []
  12. BERTRAND, Gaston, Op. cit., p.116-117. []
  13. « M. le comte de Cacqueray dit que trois puissances, l’Angleterre, l’Allemagne et la Hollande, se sont partagé cette grande île, la Nouvelle-Guinée, sans pourtant la connaître » in Compte rendu des séances de la Société de géographie, Op. cit., p.267. []
  14. Compte rendu des séances de la Société de géographie, Op. cit., p.267. []
  15. Cf. STASZAK, Jean-François, TISSIER, Jean-Louis, « Des paysages et des hommes », in LOISEAUX, Olivier (dir.), Trésors photographiques de la Société de géographie, Paris : Bibliothèque nationale de France, Glénat, 2006. []
  16. BERTRAND, Gaston. « Août Géographique », La Science Française et La Science pour Tous, revue populaire de vulgarisation scientifique, n°294, 14 septembre 1900, p.77-78. []
  17. « Séance du 6 décembre 1900 », Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du nord, vol. 5, 1900, p.XCI []
  18. Avis de décès Charles Auguste Honoré Cacqueray de Lorme, Base des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, Ministère de la Défense. []
  19. Notons tout de même que le musée du quai Branly a récemment acquis un ensemble de plus d’une centaine de photographies de l’installation missionnaire catholique en Nouvelle-Bretagne, au nord-est de l’île de Nouvelle-Guinée, ensemble daté des années 1890. []
  20. VENARD, Amandine, Regards de missionnaires catholiques sur un paradis perdu, 1890-1950, photographies en provenance de Papouasie-Nouvelle-Guinée, sous la direction de Philippe Delisle, Université Jean Moulin, Lyon III, 2014, p.74. []
  21. BONNEUIL, Christophe, « Le Muséum national d’histoire naturelle et l’expansion coloniale de la Troisième République (1870-1914) », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 86, n°322, 1999, p.143–169. []
  22. « Peu importe ici que les matériaux proviennent des terres à conquérir ou conquises par la France de l’Antarctique, des grands fonds océaniques ou de pays étrangers, tout est bon pour enrichir les collections. » in BONNEUIL, Christophe, Op. cit., p.148. []
  23. Cf. BLANCKAERT, Claude (dir.), Le Musée de l’Homme : histoire d’un musée laboratoire, Paris, Muséum national d’histoire naturelle : Editions Artlys, 2015. []

Une réflexion sur « Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (1/3) »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.