Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (3/3)

III. Publications, réutilisations et détournements

Ces neuf plaques témoignent de l’installation catholique autant qu’elles la mettent en scène en évoquant les avancées de la mission. Cacqueray partage les préjugés raciaux de la majorité des savants de son temps, pour preuve la retranscription de la séance du 20 juin 1901 à la Société d’anthropologie de Paris : « M. d’Echerac – Nous sommes sévères pour les Papouas, sont-ils plus intelligents que les nègres ? M. de Cacqueray répond qu’ils sont susceptibles de comprendre et de soutenir une conversation, pas longtemps cependant à cause de leur esprit volage, il n’a pas soutenu une conversation avec eux »1Continuer la lecture de Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (3/3)

  1. « Photographies et objets de la Nouvelle Guinée anglaise », Op. cit., p.395. []

Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (2/3)

II. Visions projetées

Le tout premier écho du voyage du marquis est daté de l’année 1896 dans La Presse : « A la Société de Géographie, 184 boulevard Saint-Germain, vendredi prochain 19 juin, à huit heures et demie du soir, M. le comte de Cacqueray de Lorme, fera une conférence sur la Nouvelle-Guinée anglaise »1.

Si nous n’avons pas la preuve de l’utilisation des plaques de projection le 19 juin 1896 à la Société de géographie, leur entrée concomitante dans les collections du Muséum et le développement des conférences illustrées à la Société de géographie nous incitent à croire que le marquis utilisa ses images pour accompagner son propos. Continuer la lecture de Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (2/3)

  1. La Presse, Paris, 18 juin 1896. []

Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (1/3)

L’étude qui suit se base sur un ensemble de neuf plaques de projection réalisées d’après les images ramenées de Nouvelle-Guinée par un personnage atypique, le marquis de Cacqueray de Lorme. Cet explorateur français de la fin du XIXème siècle n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une étude historique. Cet article vise donc dans un premier temps la reconstitution du contexte de production des photographies : qui était Cacqueray de Lorme et dans quel cadre explore-t-il l’île de Nouvelle-Guinée (I) ? Il s’agira ensuite d’analyser en détail le contenu de ces plaques de projection et d’expliciter leur utilisation (II). Enfin, nous interrogerons les rapports entre ces plaques de verre et les récits littéraires et visuels postérieurs à l’expédition du marquis (III). Continuer la lecture de Du terrain au Tour du monde : la fabrique du lointain (1/3)